Ze Newz of Gringo Saloperie de camélidé

15 05 2006



Gaaaaaaaaaah maaaaaoupffffhhh rhaaaaaayaaaaaaa, quel onctueux délice que de faire maronner son entourage…. Faire râler ardemment, emmerder copieusement, l'ensemble est un art délicat dont les habiles subtilités et les plaisirs qui en découlent sont à l’image de notre univers quadri-dimensionnel : c’est-à-dire infinis. Pourquoi diantre succomber aux affres, bien souvent fleuris de retombées négatives faut-il le préciser, de la gourmandise calorique d’une bonne table ou de l’attrait empoisonné du sexe bestial alors que poser délicatement son regard sur un visage ironiquement amical (car déformé par la frustration d’avoir entendu vos douces saloperies) émet une sensation proche de l’orgasme intersidéral ? Cet art sublime trouve sa source dans l’amorce : savoir initier vos immondices, trouver le créneau parfait pour y encastrer l’acte satanique d’où éructera un niagara de sourcils froncés, de ratoûnes grinçantes, de goutelettes de sueur colériques et de sourires en apparence sincères mais au final aussi jaunes que le céans de Jackie Chan himself…

Un exemple simple et récemment vécu : la bande à Gringo se met à l’heure du mondial en ce beau week-end humide du 13 mai 2006. Un après-midi entier voué à taquiner le ballon rond et à dépenser des litrons de toxines. A la fin non-sifflée d’une seule et interminable mi-temps, exténués, les yeux dans le vague, incommodés par la crasse et dépossédés de leur mojo légendaire, les Gringofriends échangeaient prestement leur impatient désir d’accouplement avec leur douche respective, banale, simple et standard pour la majorité. C’est à ce moment précis que le plus vil d’entre eux (et accessoirement votre serviteur et présent rédacteur) subodora le créneau si indispensable au bon déroulement de la fourberie à venir. Dans un élan de générosité qui frise les couettes du déraisonnable, je vous communique une technique adaptable à n’importe quelle situation.

 

SCHEMA TACTIQUE

 

PHASE GUILI-GUILI : chatouiller les nerfs d’autrui


Objet : fourberie mystificatoire sur potos fatigués.

Situation : fin d’une intense séance sportive, désir extrême de passage aux ablutions.

Créneau flash : présence depuis peu d’une baignoire à fonction jacuzzi/hydrojet/huiles essentielles dans l’entourage familial du salopio, aka votre serviteur.

Soutenance et développement : engagement du créneau, large sourire mesquin, diffusion de l’information mère en prenant soin d’y saupoudrer de nombreuses précisions complètement superflues pour agrémenter la sauce. Ex : description exagérée de la forme des bulles, sensations au contact et à l’odeur des huiles, bienfaits extrêmes ressentis par chaque parcelle épidermique au contact des remous aquatiques. Tableau lointain, très très très lointain de l'aspect morose de la douche standard.

Analyse de la réaction : cascade d’orbites démesurément ouvertes et semblables à des billes de nacres, grincements caractéristiques de prémolaires asséchées suivis de sucrés « Enculéééé !!! » et d’autres tendresses relatives à une indéfectible amitié.

1er Bilan : Succès indiscutable de la phase « guili-guili ».

 

Il serait alors trop doux, voire pardonnable que de s’arrêter en si bon chemin. N’oublions pas que la panoplie du parfait enfoiré de première que vous devez revêtir exige de vous une impitoyable pulsion d’achever vos interlocuteurs, innocentes victimes de votre esprit dérangé. Entre alors en scène la seconde phase, empreinte d’un machiavélisme à même de faire pâlir le valet de Belzébuth le plus dévoué à son infernal suzerain.

Mais laissons parler le sus-nommé schéma décomposant à présent l’horrible étape du «kill’em all» :

 

PHASE KILL’EM ALL : voyage à six pieds sous terre


Objet : Suite à un temps de latence relativement court, revenir à la charge avec de nouveaux détails.
Nota : il est important de mettre en œuvre un plan faisant intervenir un sens humain différent de celui que vous avez sollicité lors de la première phase. Dans le cas présent, la vue dans le «kill’em all» fera suite à l’ouïe ayant accueilli vos commentaires lors du «guili-guili» : la vidéo ! Car non-content d’avoir commenté l’objet de la frustration de votre entourage, osez désormais le KO technique : FILMEZ-LE ET DIFFUSEZ-LE AUPRES DE VOS VICTIMES !!! Sur la lancée de l'exemple de votre serviteur voici l'échantillon mystificatoire :

 




  • Créneau flash : si un nouveau créneau se présente, le Sheitan est avec vous ! Saisissez la perche inespérée qui vous est promptement tendue et montez aux cieux du nirvana des hyènes putrides en déblatérant votre mpeg aux yeux exorbités de tous. CEPENDANT, le créneau n’est ici pas indispensable, car le souvenir de votre récente performance hante toujours les méandres sinueux du cervelet de vos chers. Vous pouvez donc amorcer votre nouvelle saloperie quoi qu’il arrive…

  • Analyse de la réaction : semblable à la moisson du précédent exercice mais démultipliée au centuple… N’hésitez pas à récolter frontalement les tomates, œufs pourris, ainsi que tout ce qui pourrait passer dans les menottes de vos convives. Un temps désagréables, ces artéfacts à haute symbolique seront par la suite autant de trophées résultant d’un labeur relatif à vos nerfs d’airain.

  • Bilan final : un « kill’em all» d’une rare beauté, la classe mondiale…

 

Faites la guerre, pas l’amour !

Fourbement vôtre

Ramoninho,

injustement non-retenu pour le Mondial des Enculés 2006 dans l’équipe A de Raymond Foderch
Sur ce thème: |
Partager

3 commentaires à Saloperie de camélidé

16 05 2006
elgringo :

Espece dé Salaud, Ramon! yé te hais, yé te deteste, dire que moi ca fait 3 jours qu'il m'est impossible de faire la moindre activité physique. Le foot m'a brisé en milles morceaux de Faritas. Enlever mes chaussettes le soir en est devenu le supplice ultime de mes journées.
:-C

16 05 2006
pougnette13 :

grrrrrrrrrr!!!!!!! je veux la mêmeeeeeeeeeeeeeeeee baignoireeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee!!!!!!!!!!!!!!!
espece de salopioooooooooooo!

17 05 2006
Shadlyr :

héhéhé: KO Technique :)

bah, à samedi prochain : Encore une petite coupe Inter Toto avec ces malades de brésiliens, notamment le petit Bleu LOL